Développement durable et tourisme - la formation est-elle à la hauteur?

Tourisme, Vie étudiante · · Commenter

Un éco quartier à StockholmOn le sait tous, le développement durable constituera un enjeu de taille pour la relève et le tourisme n’y échappera pas. Il s’agit d’un sujet dont on entend parler quotidiennement et pour lequel nous savons que nous aurons un impact important dans le futur. Mais sommes-nous formés adéquatement pour être en mesure de prendre des initiatives durables dans nos éventuels emplois? Je vous lance la question et vous offre mon point de vue!

COURS OPTIONNELS


Dans mon cheminement, j’ai eu l’occasion de faire deux cours d’option en lien avec le sujet. Le premier m’a éveillé aux enjeux auxquels nous faisons face et comme j’avais envie d’approfondir mes connaissances j’ai choisi d’en faire un deuxième, celui-là, un peu plus particulier. Il s’agissait d’un cours de gestion du développement durable offert à l’ESG UQAM durant lequel nous avons élaborés sur tous les volets du sujet avant de nous envoler pour la Scandinavie afin de voir, concrètement, ce que les leaders mondiaux en la matière font. Une expérience révélatrice qui nous a permis de prendre conscience qu’il est possible de faire un développement durable, mais qu’il faut y croire, mettre en place des outils adéquats et transmettre cette vision à tous les acteurs de la communauté afin de l’intégrer. Utopique? Peut-être, mais pourquoi ne pas essayer?

Ces deux cours se sont révélés très pertinents dans mon parcours, mais il faut se rappeler que je les ai choisis. Cela veut donc dire qu’il est tout à fait possible de terminer son cursus scolaire en ayant qu’une idée floue de ce que représente le développement durable. Il est dommage que dans un cheminement de Baccalauréat par exemple, le développement durable ne fasse toujours pas partie des cours obligatoires. Il me semble que 45h sur le sujet ne sont pas exagérées. Ne serait-ce que pour avoir une base et mieux comprendre le phénomène. Vous serez peut-être d’accord avec moi si je vous dis qu’il y a de quoi être confus lorsqu’on entend toutes ces expressions: tourisme durable, tourisme de nature, écotourisme, tourisme solidaire, responsable, équitable et j’en passe…

DES SOLUTIONS?

Et si l'on avait un cours où l’on éclaircissait tous ces termes en leur donnant une définition claire, ce qui n’est pas toujours le cas, aurions-nous les outils nécessaires pour mettre en pratique ces concepts dans nos futures entreprises? Concrètement, comment faire pour mettre en place un tourisme plus durable?

La force du développement durable réside dans son approche holistique. Pour l’intégrer au mieux dans la formation, il faudrait également qu’elle soit présente dans tous les cours et qu’on choisisse de nous enseigner en ayant constamment cette idée en tête. Or, en tourisme, il est encore trop souvent question de marge de profits et de retour sur investissement.

Les technologies font partie intégrante de nos vies maintenant et nous savons que le futur de l’industrie touristique en sera fortement influencé alors on a vu apparaître des cours obligatoires en technologies de l’information. Pourtant, on sait également que le tourisme sera fortement influencé par les changements climatiques et que l’activité touristique a souvent des impacts non négligeables sur les populations locales alors pourquoi ne pas ajouter des cours sur le sujet.

ET VOTRE FORMATION À VOUS?

Malgré tout, on peut constater qu’au Québec, on avance dans cette direction avec entre autres un certificat en tourisme durable à l’Université Laval. Il est tout de même intéressant de voir ce qui se fait dans les autres formations en tourisme au Québec, c’est pourquoi je vous lance la question: considérez-vous que votre formation vous prépare (ou vous a préparée) adéquatement aux enjeux du développement durable? Si oui, comment cela s’est-il fait? Sinon, que nous faudrait-il pour être en mesure de relever le défi qui se présente à nous?

Considérant l’importance des enjeux à venir, je crois qu’il est essentiel que le développement durable fasse partie prenante de notre formation afin d’entamer un virage concret dans cette direction. Bien sûr, le Québec a déjà de belles initiatives en matière de développement durable. Loin de moi l’idée de les ignorer et de  n’y voir que du négatif, mais le tic-tac de la montre se fait sentir, particulièrement au niveau environnemental, et il y a une nécessité d’agir et de revoir nos pratiques à bien des égards.

Par Anne-Julie Dubois
Étudiante au B.A.A. en Gestion des organisations et destinations touristiques –  ESG UQÀM
Diplômée A.E.C tourisme d'aventure - Cégep de la Gaspésie et des Îles

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
Congrès international du tourisme autochtone 2020

du au
Forum A World For Travel

Voir tous les évènements