Les Cantons-de-l'Est et l’engouement pour le gourmand

Tourisme · · Commenter

Agroalimentaire Cantons de l'EstJe ne vous apprends rien si je vous dis que bien avant que le concept d’agrotourisme voit le jour, le milieu agricole allait bon train au Québec. Mais les producteurs ont voulu, dans les dernières années, donner un second souffle à leurs activités et ainsi profiter d’un revenu supplémentaire. L’industrialisation et la concurrence internationale les forçaient à se tourner vers une autre alternative pour rester compétitifs. Le terme agrotourisme est apparu dans les années 1990.

Selon le Groupe de concertation sur l’agrotourisme au Québec, l’agrotourisme se définit comme suit :

«une activité touristique complémentaire à l’agriculture ayant lieu sur une exploitation agricole. Il met en relation des producteurs agricoles avec des touristes ou des excursionnistes».

L’agrotourisme est rapidement devenu une source de revenu supplémentaire pour les producteurs agricoles. En effet, selon le MAPAQ en 2014, un dollar investi en agrotourisme au Québec engendre 31 dollars en chiffre d’affaires.

LA TENDANCE EST AU LOCAL

Mais pourquoi il y aurait nécessairement de l’argent à faire là? Plusieurs raisons poussent le touriste à s’intéresser à ce qui se retrouve dans son assiette. Selon la tendance générale, ce dernier recherche l’authenticité en ce qui a trait aux produits touristiques. Il cherche à découvrir et alimenter son bagage d’expérience. On assiste à un engouement particulier pour les produits locaux, par souci social et environnemental. Ces produits sont de plus en plus recherchés par les consommateurs et les chefs cuisiniers, qui visent à s’approvisionner sainement.

Pour un visiteur, découvrir les particularités culinaires d’une communauté, c’est en apprendre beaucoup sur sa culture. Comme le producteur possède un savoir-faire reconnu, cela suscite un intérêt pour le touriste qui, à la minute où il descend de sa voiture, voue une attention particulière à l’environnement, la méthode de fabrication et à l’être humain à l’origine du produit convoité.

Agroalimentaire Cantons-de-l'EstCANTONS-DE-L'EST: UNE RÉGION DIVERSIFIÉE

Vins, bières, cidres, boissons artisanales, fromages, chocolats, pommes, petits fruits, produits de l’érable et de l’alpaga sont tous des produits qui se retrouvent facilement chez le producteur. Mais agrotourisme ne veut pas nécessairement dire culinaire. Les produits artisanaux s'y retrouvent également. Dans la région des Cantons-de-l’Est, les produits dérivés de la lavande sont aussi courus par plusieurs visiteurs.

Le nombre d’entreprises agrotouristiques dans les Cantons-de-l’Est a fait un pas en avant dans les dernières années: 11,4 % des entreprises se disent agrotouristiques, ce qui place la région en troisième position au niveau de l’offre, après la Montérégie et les Laurentides.

Les Cantons-de-l’Est se positionnent comme une région gourmande. Selon un sondage effectué par Catherine Fredette pour le compte de Tourisme Cantons-de-l’Est, 72,6 % des personnes ayant visité la région au cours des deux dernières années ont affirmé y avoir pratiqué au moins une activité agrotouristique. Parmi ces activités, l’achat de produits agroalimentaires (73 %), la cabane à sucre (68 %) et les dégustations (66 %) sont les plus populaires. Nous n’avons qu’à penser aux Comptonales dans la Vallée de la Coaticook. Cet événement d’envergure, qui se déroule chaque année en automne, favorise la rencontre entre les producteurs et les visiteurs. Le village de Compton est bondé de monde l’instant d’un week-end. Des problèmes d’embouteillages sont survenus par les années passées en raison du nombre de visiteurs, mais le problème est maintenant résolu. En effet, l’organisation a su s’adapter en développant un service de navette entre les stations gourmandes.

Que dire de la Fête des Vendanges Magog-Orford qui se déroule chaque année sur la pointe Merry à Magog. L’événement qui n’a plus besoin de présentation a fracassé le record de visiteurs, soit 55 000 festivaliers pour la fin de semaine. La Fête des Vendanges est une destination en soi car le produit vedette touche une très grande partie de la population, et malgré l’âge minimal en vigueur pour consommer, toute la famille y est admise. Ces deux exemples témoignent du pouvoir d’attraction que constitue l’agrotourisme pour une région.

LA MISE EN MARCHÉ

Comment la région touristique des Cantons-de-l’Est arrive-t-elle à faire la mise en marché du tourisme gourmand et de l’agrotourisme? Il existe trois bannières dans la région qui, chacune à sa façon, met de l’avant ce type d’activité.

Créateurs de saveurs
La bannière Créateurs de saveurs est remise aux producteurs qui savent certifier que leurs aliments sont produits, cultivés ou transformés chez eux. Ces produits certifiés se retrouvent dans quelques épiceries, marchés publics, restaurants et dans plusieurs bureaux d’accueil ou d’information touristique. On compte plus de 70 entreprises certifiées Créateurs de saveurs dans les Cantons-de-l’Est.

Chefs créateurs et Cafés de villages
Les deux autres bannières concernent les restaurateurs. Chefs créateurs est la bannière décernée aux restaurants raffinés qui savent apprêter les produits Créateurs de saveurs dans leurs assiettes. Les restaurants qui appartiennent à cette bannière doivent être en mesure de proposer sur leur menu au moins un vin et une bière provenant de la région.

Les Cafés de villages, de leur côté, sont des petits cafés situés au cœur des communautés villageoises. Ils sont un symbole pour leur village et se comportent comme des ambassadeurs. Dans ces cafés, les employés sont en mesure de renseigner les visiteurs sur l’offre touristique environnante. Les produits régionaux sont aussi mis de l’avant avec l’utilisation des produits Créateurs de saveurs. La notoriété de ces marques se développe de plus en plus, et l’appartenance à ce réseau devient un argument de vente supplémentaire pour les entreprises certifiées.

Une route bleue
Le plus grand circuit agrotouristique des Cantons-de-l’Est est sans contredit la Route des Vins. Sillonnant les villages de Bedford, Frelighsburg, Dunham, Sutton et Lac-Brome, la Route des Vins regroupe sur son parcours 21 vignobles. Elle devient souvent un produit d’appel pour les touristes curieux d’en apprendre plus sur cette thématique spécialisée.

L’engouement pour le gourmand est en constante évolution. Les émissions télévisées portant sur la cuisine suivent très bien cette tendance. De plus en plus, on remarque une fascination pour la nourriture et ses composantes. Les épicuriens se multiplient et veulent toujours en savoir davantage. Bonne nouvelle, les producteurs s’unissent ensemble pour nous répondre et les restaurateurs ont compris que le produit du voisin est meilleur que celui du grossiste.


Par Vincent Descôteaux
Diplômé au Baccalauréat en Loisir, culture et tourisme – UQTR
Agent d’information touristique et services aux membres -
Tourisme Cantons-de-l'Est


SOURCES 
Pascale Marcotte, Laurent bourdeau et Maurice Doyon (2006), « Agrotourisme, agritourisme et tourisme à la ferme ? Une analyse comparative », Téoros, 25-3 | 59-67. http://teoros.revues.org/1091
Nicole Laporte (2014), « Sur quoi miser pour augmenter mes revenus d’agrotourisme? », MAPAQ, http://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Regions/CentreduQuebec/INPACQ2014/
Conferences_INPACQAgrotourisme/surquoimiserpouraumentermesrevenusdagrotourisme.pdf

Tourisme Québec (2012), « Diagnostic – Agrotourisme », http://www.tourisme.gouv.qc.ca/publications/media/document/etudes-statistiques/diagnostic-agrotourisme.pdf 
Tourisme Cantons-de-l’Est (2013), « Analyse du positionnement des Cantons-de-l’Est en tourisme gourmand », étude réalisé par Catherine Fredette.

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
Congrès international du tourisme autochtone 2020

du au
Forum A World For Travel

Voir tous les évènements