Les CLD et CJE dans la tourmente : jeunes entrepreneurs en tourisme s’abstenir…

Tourisme, Hôtellerie, Restauration · · Commenter

Austérité, coupures budgétaires, centralisation des pouvoirs, autant de termes devenus monnaie courante dans l’univers médiatique québécois cette année. Face à cette réalité économique, la tentation de se fermer au monde devient bien présente. Après tout, quand les choses vont mal la dernière chose que l’on souhaite c’est qu’on nous le répète du matin au soir. Ma mise en garde : jeunes (et futurs) entrepreneurs en tourisme, s’abstenir de prendre part au débat qui entoure actuellement les Centres locaux de développement (CLD) et les Carrefours jeunesse-Emploi (CJE) pourrait vous coûter très cher. Je m’explique.


POURQUOI S'ATTARDER À LA SITUATION DES CLD ET CJE


Les programmes de financement et autres ressources au démarrage d’entreprises priorisent fortement les jeunes entrepreneurs. Détail qui échappe parfois à certains, par jeunes entrepreneurs l’on entend une personne âgée entre 18 et 35 ans. Un étudiant en tourisme pourrait donc démarrer une entreprise 10 ans après l’obtention de son diplôme et toujours être éligible aux programmes de financement et autres ressources de ces organismes. Ne sachant pas où nos ambitions professionnelles nous mèneront un jour, tenons pour acquis que l’avenir des CLD et CJE nous concerne tous.

En effet, en ville comme en région, les Centres locaux de développement (CLD) et les Carrefours jeunesse-emploi (CJE) représentent la porte d’entrée pour la majorité des jeunes entrepreneurs souhaitant s’établir sur le territoire. Ces organismes offrent de nombreux programmes de financement et de développement des compétences afin de faciliter l’insertion dans le monde des affaires. Organismes de proximité, CLD et CJE ont également une bonne connaissance de la réalité économique de leur territoire et de ses acteurs. Ainsi donc leurs ressources et leurs conseils peuvent faire toute la différence entre le succès ou la faillite de votre projet d’entreprise. Preuve à l’appui, à Montréal 85 % des projets d'affaires qui ont démarré avec le soutien d'une CDEC (reprenant le mandat des CLD) sont encore ouverts après 5 ans contre 35% pour les entreprises sans soutien au Québec.

LE GROS *HIC

Dans la lignée de ses politiques d’austérité, le gouvernement au pouvoir entend revoir la mission des CJE. Le gouvernement coupe également de moitié sa contribution auprès des CLD en laissant soins aux Municipalités régionales de comté (MRC) de réviser la structure de ces derniers, voire leur abolition. L’enjeu pour la relève en tourisme? Une réduction importante de vos chances d’accéder aux programmes de financement et de soutien technique, voire même d’être entrepreneur un jour.

Crédit photo : La campagne de mobilisation « Mon CJE, j'y tiens »
CAMPAGNE DE MOBILISATION: MON CJE, J'Y TIENS!

Tout d’abord, concernant les Carrefours Jeunesse-emploi, les changements imposés par le gouvernement n’affecteront pas les 45 millions de dollars alloués aux divers programmes. Cependant la réorientation de mission aura pour effet de confiner les ressources techniques pour n’être accessibles qu’aux prestataires d’aide sociale ou d’assurance emploi. En d’autres mots, pour être pris en considération au guichet de service vous devrez être dans une situation financière et/ou professionnelle précaire. Vous serez d’accord avec moi que peu de jeunes ont pour ambition de démarrer une entreprise dans pareille situation. Démarrer une entreprise avec des moyens financiers réduits ne peut que réduire vos chances de réussite dans le monde des affaires. À moyen terme, une telle réorientation de mission impliquera donc assurément la fin de la culture entrepreneuriale au sein des CJE.

LES ENJEUX SOULEVÉS DANS LE CAS DU DÉMANTÈLEMENT D'UN CLD

Concernant les Centres locaux de développement, les mesures d’austérité du gouvernement n’entendent pas affecter les programmes de prêts et de financement. C’est à la structure même des CLD que l’on s’attaque.

Tout d’abord, dans l’optique de l’abolition d’un CLD, son intégration aux services de développement économique de la MRC implique une centralisation des pouvoirs. Ceci dit, il est discutable de prétendre que la MRC ferait un meilleur intermédiaire entre les besoins des entrepreneurs locaux et les enjeux des villes. D’ailleurs, est-ce le rôle d’une structure régionale de s’immiscer dans les affaires courantes des communautés? Étant donné l’étendue des territoires desservis, la centralisation des pouvoirs se fera sentir davantage en régions qu’à Montréal ou Québec. Ainsi, plus votre projet sera en région éloignée et plus vous perdrez les avantages du lien de proximité qu’entretenait le CLD avec la communauté.

Également, lorsque le gouvernement prétend rationaliser les coûts en ressources techniques, il oublie de mentionner le risque de démantèlement du réseau de 3000 bénévoles mobilisés par les CLD qui viennent en appui aux projets. En effet, la perte d’expertise liée au licenciement de certains agents de développement, mais aussi de certains mentors bénévoles, peut jouer contre vous. Par exemple, serez-vous aussi bien servi par un agent spécialisé dans l’industrie des hautes technologies que par un agent ou un mentor spécialisé dans votre domaine? Ainsi, pour certains, l’abolition des CLD et la perte d’expertise qui s’en suit entraîneront un démarchage et un réseau de partenaires à rebâtir.

Crédit photo : Association des Centres locaux de développement du Québec
Campagne Jamais sans #monCLD


L'IMPACT DE LA RÉORGANISATION DES CLD SUR LA MICRO ET PETITE ENTREPRISE DE SERVICE 

Les micro-entreprises de service sont constituées de 1 à 4 employés alors que les petites entreprises de service ont entre 5 et 49 employés. À la fin de votre formation, la micro et la petite entreprise sont les projets d’entreprise à votre portée. En effet, ils ne requièrent que l’enthousiasme de quelques-uns de vos amis, un investissement relativement bas (ex. 250 000$) et une offre novatrice. Or, depuis toujours, les projets de micro et de petites entreprises touristiques rencontrent des difficultés de financement. Pourquoi? Simplement parce que la performance des CLD se mesure aux nombres et à la qualité des emplois créés sur le territoire desservi. Par exemple, un CLD créant sur son territoire 500 emplois annuels grâce à de grandes entreprises est beaucoup mieux perçu par le gouvernement que plusieurs petites entreprises aux emplois saisonniers. La réorganisation des CLD ne fera qu’accroître les difficultés de financement de la relève en tourisme pour une raison fort simple : avec des effectifs réduits, les agents de développement (intégrés ou non aux MRC) prioriseront nécessairement les projets de moyenne à grande entreprise afin de démontrer leur utilité aux yeux du gouvernement.     

LE CONSTAT

Si les politiques économiques adoptées n’ont pas pour objectif de nuire à l’entreprenariat, force est de constater qu’indirectement la relève en tourisme ne disposera tout simplement plus des outils nécessaires afin de donner un nouvel élan à l’industrie touristique.

QUELLE LEÇON EN TIRER

Prendre le temps de faire les réformes. Le fonctionnement ou la gouvernance des CJE et CLD peuvent certes être améliorés, mais pas de manière aussi drastique. Actuellement, le gouvernement ne prend tout simplement pas le temps nécessaire pour mesurer l’ampleur de l’impact des mesures d’austérité et des risques pour l’économie. L’industrie touristique est le quatrième pilier économique du Québec et il serait grand temps de rappeler à nos élus que : faire rouler l’économie implique de ne pas mettre des bâtons dans les roues à ceux qui pédalent! À cet effet, l’économiste Pierre Fortin nous rappelait les dangers d’une récession pour l’économie du Québec si les impacts des politiques économiques ne sont pas suffisamment pris en considération. Avec une rétraction du PIB dans les deux derniers trimestres (-0,3%), on ne peut que confirmer les craintes…

QUE FAIRE POUR AMÉLIORER LA SITUATION?

Partagez cet article, restez informés, suscitez le débat et écrivez une lettre à votre député!

 

Merci à mes trois sources anonymes d’avoir partagé leur vécu et leurs connaissances des enjeux avec moi.


Par Simon Trépanier
Étudiant à la Maîtrise en développement du tourisme - UQÀM 


SOURCES ÉLECTRONIQUES

Campagne de mobilisation : Mon CJE j’y tiens! Page Facebook officielle          
Association des centres locaux de développement du Québec (ACLDQ), La voix des CLD et la mobilisation des régions ont fait la différence, le 04 novembre 2014
Corporation de développement économique communautaire : Centre-sud / Plateau-Mont-Royal, Communiqué : Je ne vois pas Montréal sans ma CDEC, le 11 novembre 2014
Fondation de l’entrepreneurship, Indice entrepreunarial québécois 2014, consulté le 29 novembre 2014
La Presse, CLD : La transition s’enclenche dans la région de Magog, 14 novembre 2014        
La Tribune, CLD : Reid croît la réforme nécessaire, 11 novembre 2014
La Tribune, Abolition des CLD : une occasion à saisir, le 16 novembre 2014
Le Soleil, Mise à jour économique: Leitão annoncera la fin des bouleversements, le 29 novembre 2014
Le Soleil, CLD de Québec: la clé dans la porte le 31 décembre, le 05 novembre 2014
Radio-Canada, Fin des garderies à 7 $ : l'économiste Pierre Fortin craint le retour des femmes à la maison, le 21 novembre 2014
Réseau des carrefours Jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ), Le RCJEQ et le CACJEQ saluent l’ouverture des représentants du ministère, le 19 novembre 2014
Regroupement économique et social du sud-ouest (RÉSO), Abolition des organisations locales et régionales : La fin d’un pacte social, consulté le 30 novembre 2014

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
Congrès international du tourisme autochtone 2020

du au
Forum A World For Travel

Voir tous les évènements