Réduction de la desserte d'Orléans Express - Rouler autrement

Tourisme · · Commenter

Le transport collectif par taxi et covoiturage s'organise
Les entreprises de moyens de transport locales du Québec profitent des difficultés financières des compagnies d’autocar. Covoiturage, service de taxi express, transport collectifs, les options vertes et personnalisées se développent et offrent de nouvelles alternatives pour les voyageurs voulant visiter notre Belle Province. 


Rappel­- La commission des transports du Québec a récemment donné son approbation à Autocars Orléans Express de réduire ses services de trajets interurbains, principalement dans les régions de l’est du Québec.

«La population  délaisse les autocars pour utiliser des transports collectifs qui leur permettent d’économiser et qui ont une conscience écologique», déclare le président de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (RéGÎM), Antoine Audette.

Chez Taxi Fortin, autre leader en transport collectif dans la région de la Gaspésie, le propriétaire Denis Fortin croit même que les touristes préfèrent utiliser ce genre de réseau pour leur côté sympathique: «C’est moins long, plus personnel, plus convivial et local.»

La présidente de Guidatour Louise Hébert confirme cette nouvelle tendance touristique. « Les touristes veulent vivre des expériences avec les habitants locaux et ne veulent pas être vu comme un touriste», explique-t-elle.

LA PLACE DU COVOITURAGE ET DES TRANSPORTS COLLECTIFS DANS LA SOCIÉTÉ

Selon Denis Fortin, les nouvelles entreprises de réseaux de transports en communs représentent l’avenir sur le marché touristique. Le fondateur du service de taxi express en Gaspésie explique que les petites compagnies sont plus rentables et fonctionnelles pour les endroits en région. « Nous, on a la possibilité et la flexibilité de s’ajuster selon l’offre et la demande de la clientèle. Ça peut arriver qu’une journée il n’y a pas de départ et que le lendemain on doit en prévoir plus», indique M. Fortin.

«Le covoiturage tel que nous le proposons permet d’optimiser les déplacements qui ont déjà lieu sur le territoire et s’attaque directement aux problèmes de faible taux d’occupation des véhicules, problème tout aussi présent dans les grandes régions urbaines que dans les régions éloignées», défend de son côté le fondateur d’AmigoExpress, Marc-Olivier Vachon, dans une lettre ouverte publiée sur Facebook le 22 septembre dernier au ministre des Transports Robert Poëti, sur les effets bénéfiques du covoiturage.
Les véhicules utilisés par Taxi Fortin
Véhicules utilisés par Taxi Fortin

UN FEU SANS FUMÉE?

La Gaspésie et le Bas St-Laurent sont les principales régions où les services d’autocars vont voir leurs trajets diminuer. Cette annonce en a préoccupé plusieurs au sujet de l’avenir touristique de ces régions. « Les gens vivant en régions urbaines, ayant l'habitude des transports collectifs se voient privés de l'opportunité de visiter ces magnifiques régions qu'Orléans Express ne desservira plus», exprime Maxime Dionne, étudiant en gestion hôtelière à l’UQAM.

Cependant, les gens de l’industrie touristique de ces régions remarquent que les touristes ne sont pas les principaux utilisateurs des services d’Orléans Express. « Nous pouvons observer que les touristes qui voyagent en Gaspésie le font principalement en voiture. Il s’agit là du moyen de transport qui offre le plus de liberté. Avec nos grands espaces, certains attraits et activités sont plus difficilement accessibles autrement», indique Mme Roussel.

« Il y a bien certaines personnes sans voiture ou voyageant à vélo, par exemple, pour qui ce moyen de transport est important. Ces visiteurs devront planifier avec encore plus de précision leur séjour dans la région», souligne-t-elle, consciente des éventuelles répercussions pour certains visiteurs.

UNE CLIENTÈLE RESTREINTE

Pour les aventuriers en soif de rencontres et de nouvelles expériences, les nouveaux réseaux de transports interrégionaux sont pratiques, novateurs et en plein ce qu’il leur faut. Mais pour les voyageurs plus classiques, les entreprises de transport collectif ne répondent pas à leur besoin. «Il y a des réseaux bien structurés et qui peuvent être envisageables pour les touristes, mais cela dépend du profil de chaque voyageur, de ses intérêts et  de ce qu’il souhaite faire durant son séjour», explique la responsable à l’accueil de l’Association touristique régionale de la Gaspésie, Viviane Roussel.

Le diplômé au baccalauréat en Gestion de tourisme et d’hôtellerie de l’UQAM, Jérémi Côté, s’inquiète quant à lui pour les personnes à mobilité réduites. « Ce type de transport n'est pas nécessairement adapté à toute la population. Pensons simplement aux personnes de bas âges ou plus âgés qui nécessitent un peu plus d'assistance et de sécurité lors de leurs déplacements», affirme le bachelier.

DES PROJETS FUTURS

Taxi Fortin, qui offre des trajets Montréal-Gaspé et Québec-Gaspé, a vu son chiffre d’affaire augmenté depuis les modifications de services d’autocar et compte même prendre de l’expansier à travers la région. «Le nombre de clients a déjà augmenté d’environ 30%. On planifie donc de faire l’achat d’autres véhicules pour desservir un plus grand territoire», affirme l’entrepreneur.

«À moyens et long terme, les solutions alternatives vont devoir modifier leur services et se développer», mentionne M. Audette du RéGIM. À la régie, attirer la clientèle touristique et ainée devient une priorité. « Ça fait six mois qu’on travaille à la table de concertation pour instaurer des mesures afin d’atténuer les craintes des personnes âgées à utiliser nos services, précise le directeur général, on a aussi un projet futur pour les cyclotouristes.»


Par Ariane Fortin
Étudiante au Baccalauréat en Communications profil journalisme - UQAM

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
Congrès international du tourisme autochtone 2020

du au
Forum A World For Travel

Voir tous les évènements